Virtualisation et Cloud Computing, quelles différences ?

La Virtualisation constitue un process de segmentation d’une machine physique en environnements virtuels (le principal avantage d’une machine virtuelle). Le Cloud Computing fait référence à un mode d’hébergement et d’accès à ces ressources.

Qu’appelle-t-on Cloud Computing ?

Le Cloud Computing constitue un mode d’accès à la demande à un pool partagé de ressources informatiques configurables (réseaux, serveurs, ssd ou disque dur, applications et services). Ces ressources, accessibles via internet, ou réseau privé (VPN), peuvent être provisionnées avec une grande facilité, déployées très rapidement et facturées à la demande.

Diverses applications, espaces de stockage et serveurs d’infrastructure opérant sur le cloud sont ainsi accessibles. Le fournisseur est responsable de la solution, de son développement, du stockage, de la maintenance et des sauvegardes. Le cloud computing facilite grandement la gestion opérationnelle des responsables informatiques.

Les avantages du cloud computing sont :

  • Sa disponibilité : les infrastructures sont redondées et sécurisées. L’environnement informatique est ainsi disponible en permanence.
  • Sa souplesse financière : vous ne payez qu’à l’usage.
  • Sa mobilité : les applications et les données sont accessibles en mobilité, facilitant grandement le travail à distance.

Les services de cloud computing appartiennent généralement à l’une des trois catégories suivantes :

Logiciel en tant que service (SaaS)

Le SaaS est le type le plus courant de service basé sur le cloud. Ce mode permet d’utiliser un logiciel via un navigateur, ou une application, sans aucune exigence de maintenance. Si certains services sont gratuits, la plupart nécessitent un abonnement mensuel ou annuel.

Infrastructure en tant que service (IaaS)

L’infrastructure en tant que service (IaaS) est un service de cloud computing. Les entreprises louent des serveurs pour le calcul et le stockage dans le cloud, sans les coûts de maintenance et d’exploitation.

Plateforme en tant que service (PaaS)

PaaS est un environnement cloud conçu pour prendre en charge le développement et le déploiement d’applications. Dans ce cas, les fournisseurs mettent à disposition tout ce dont une entreprise a besoin pour le développement. Une interface centrale permet de provisionner l’ensemble des ressources nécessaires au cycle de développement.

Qu’appelle-t-on virtualisation?

La virtualisation consiste à créer plusieurs environnements virtuels indépendants, les machines virtuelles, sur une machine physique (un Hôte). Ces dernières vont se comporter comme des ordinateurs indépendants, dotés de leur propre système d’exploitation.

Un logiciel nommé Hyperviseur se charge dans un premier temps de la virtualisation du système. Puis il va allouer les ressources (mémoire vRAM, vCPU) aux différentes machines virtuelles de deux façons :

  • Application des ressources statiques : chaque machine reçoit les ressources affectées initialement, quelle que soit l’évolution de ses besoins.
  • Application des ressources dynamiques : l’allocation de ressources pour chaque machine varie selon les besoins de chaque machine.

La technologie de virtualisation peut s’appliquer à de nombreuses ressources comme les réseaux ou les serveurs. Celle-ci s’avère particulièrement utile dans les Plans de Reprise d’Activité (informatique).

Différence entre la Virtualisation et le Cloud
Serveurs accessibles en mode Cloud grâce à la virtualisation

Les principales différences entre Cloud Computing et Virtualisation

Contrairement à ce que certains pensent, la virtualisation n’est pas du cloud computing. Il s’agit cependant d’une technologie fondamentale permettant de faire fonctionner le cloud computing.

En termes simples, la virtualisation peut faire en sorte qu’une ressource agisse comme plusieurs, tandis que le cloud computing permet à différents utilisateurs d’accéder à un même pool de ressources. La virtualisation est un logiciel qui manipule le matériel, tandis que le cloud computing fait référence à un service qui résulte de cette manipulation. Ainsi, pas de cloud computing sans virtualisation.

Avec la virtualisation, un seul serveur physique peut devenir plusieurs machines virtuelles, qui sont essentiellement des éléments matériels isolés avec beaucoup de capacité de traitement, de mémoire, de stockage et de réseau. Le cloud va transformer ce résultat en service accessible via internet.

Un véritable cloud offre une capacité de libre-service, une élasticité, une gestion automatisée, une évolutivité et un service de paiement à l’utilisation qui n’est pas inhérent à la virtualisation.

Ainsi, plusieurs entreprises vont pouvoir se partager un serveur grâce à la virtualisation, tandis que le cloud computing en rendra l’accès et la gestion optimale.